Plus de 10, 000 employés suspendus en RD après la mort des touristes

Plus de 10, 000 employés suspendus en RD après la mort des touristes

Plus de 10, 000 employés suspendus en RD après la mort des touristes

Selon Manolo Ramírez, président de la Fédération nationale des travailleurs de l’hôtellerie, 10, 000 Dominicains ont été suspendus, sans « jouissance salariale », après le décès d’une dizaine de touristes américains en vacances dans des stations balnéaires en République dominicaine, notamment à Punta Cana, Boca Chica et La Romana.

Le tourisme en République dominicaine a été victime d’une campagne de discrédit de la presse internationale, selon le ministère et d’autres propriétaires de chaînes d’hôtels internationales. De nombreux médias américains entre autres ont rapporté qu’environ une dizaine de touristes américains avaient rendu l’âme dans des stations balnéaires alors qu’ils y passaient des vacances. Francisco Javier Garcia avait, en juin dernier, rejeté le terme « vague de mort » rapporté par la presse au moment où le nombre de touristes déclarés morts était passé à 10.

Lire| 10e touriste américain mort en RD : le ministre dominicain réagit

Le décès de ces visiteurs étrangers a entraîné une baisse de réservations et, en conséquence, une réduction de l’occupation des chambres. Cela a même provoqué la fermeture de certains complexes dont le Majestic Elegance, lui-même objet d’un procès après qu’un touriste américain a été victime d’agression dans les locaux de l’hôtel.

Dans la foulée de ces affaires, la thèse de l’empoisonnement avait été appuyée par certains experts dominicains dont Lawrence Kobilinsky. Cette thèse avait été niée par certains propriétaires d’hôtels dont le président de Hard Rock Hôtel où le citoyen Robert Bell Wallace a été retrouvé sans vie le 14 avril dernier.

Lire| Touristes morts en RD : un expert appuie la thèse de l’empoisonnement

Dans un bilan communiqué par Manolo Ramírez, président de la Fédération nationale des travailleurs de l’hôtellerie, plus de 10, 000 employés ont été suspendus au cours des premiers mois de l’année 2019, sans jouissance salariale, en raison du faible taux d’occupation des hébergements et l’annulation des réservations d’hôtels.

Ces suspensions, a expliqué M. Ramírez, cité dans le journal Diario Libre, visaient ceux qui n’avaient pas droit aux avantages sociaux et qui comptaient le moins d’années de services. Pour l’heure, le nombre d’employés réembauchés n’est pas encore connu mais certains hôtels, poursuit Ramírez, ont dû profiter de l’accalmie pour procéder à des travaux de réparation.

Cependant, même si la thèse de l’empoisonnement avait été avancée, l’enquête ouverte par le FBI, en accord avec les autorités dominicaines, a révélé que certains touristes étaient morts de causes naturelles, ce qui a remis en confiance des voyageurs.

Plus de 10, 000 employés suspendus en RD après la mort des touristes

Recent Posts